Soundhunters : expérience sensorielle où l’audio devient visuel

 

Vendredi soir, j'ai eu la chance d'assister à l'avant première du 52min « Soundhunters », produit par a_BAHN dans le cadre d'un projet transmédia plus large. 

Petit retour sur cette soirée et ce projet ambitieux et réussi.

Vendredi 11 septembre, lieu de rendez vous se situe à Luxembourg City, patrie d'adoption de l'équipe d'a_BAHN, dans lieu concept situé dans les anciennes rotondes situées derrière la gare. Le lieu en dit long sur l'esprit du projets, ici on mélange arts vivants, concerts, buvette et food truc, sur une place conviviale où les générations se croisent autours de la table de ping pong, du panneau de basket, ou d'une bière artisanale.

Tout le gratin Luxembourgeois était rassemblé pour assister à cette avant première très attendue puisque c'est un des premiers projets transmédia soutenu par le Luxembourg. Ministres, Film Fund, auteurs, presse, financeurs et producteurs ont répondu présent à l'appel de la jeune société de production pour sa première « release party ».

Les Rotondes

Ca fait deux fois que je dis transmédia à propos de ce film, en quoi un 52min est il transmédia ? Tout simplement en n’étant qu’une partie d’un tout plus riche que l’objet lui même. Le documentaire présenté vendredi soir est la partie « traditionnelle » du projet, celle qui s’adresse au public le plus large, via les médias traditionnels (ici la TV via ARTE). « Soudhunters » se décline aussi online avec des vignettes de 12 minutes à consommer sans modération, et surtout une app et un site collaboratif permettant de capter des sons, de les partager, puis de les réutiliser pour créer de la musique en ligne. Le point culminant du projet sera un album composé d’une sélection des meilleurs morceau réalisés à partir du site, le tout sélectionné et produit par, excusez du peu, Monsieur Jean Michel Jarre!

 

Revenons en à notre soirée et son 52min et surtout à son contenu magistral. 

Il est ici question des « chasseurs de sons », de leur histoire, leurs méthodes diverses et variées, de leur quête permanente du son qui devient, entre leurs mains, musique. 

Nous sommes embarqués dans un voyage aussi historique que contemporain, en compagnie des KIZ qui signent la B.O. du documentaire. Ils nous mènent sans un mot d’auteur en créateur, de compositeur en bricoleur, le tout en illustrant le voyage de leur musique créée sur le vif, grâce aux sons qui jalonnent leur parcours, sorte de mise en abime du propos et de démonstration du principe de base de cet art de chasser le son.

Jean Michel Jarre ouvre le bal avec son album concept « Zoolook » et les premiers samplers, on nous expose ensuite le principe des musiques concrètes avec Pierre Shaeffer et la manière dont Steve Reich s’en est emparé dans ses compositions de musiques contemporaine.

On chemine ensuite de makers en faiseurs, de bruiteurs en jazzmen, de Berlin à Paris, nous offrant un florilège non exhaustif mais très instructif sur la diversité qu’offre ce genre musical à travers les continents et le temps !

 

Non content d’être instructif et de nous offrir un voyage d’une forme originale dans son écriture, c’est aussi, et bien heureusement au vu du sujet me direz vous, une expérience sonore très aboutie. Dès le départ on nous expose à une image sonore organique, vivante, palpable. Le personnage principal de ce film, c’est le son ! C’est lui qui est mis à l’honneur en permanence, traité ou brut, instrumentalisé ou illustratif, tout est fait pour nous faire évoluer petit à petit du bruit au son, de l’onde à la musique.

 

 

Bref vous l’aurez compris, c’est un petit bijou que j’ai pu apprécier en avant première et je ne peux que nous conseiller de le consommer sans modération samedi 19 septembre 2015 à 23h15 sur ARTE

 

C’est également l’occasion de voir le résultat d’une autre manière de faire du documentaire, entre producteur, auteur et réalisateur. C’est une vraie collaboration entre a_BAHN, Nicolas Blies et Beryl Koltz qui a permis un tel résultat, alors chapeau bas collectif !